Shopactif


Partenaires

Forum gratuit


Tchat Blablaland

    Quelques indices pour reconnaitre un secte

    Partagez
    avatar
    mirador

    Nombre de messages : 136
    Localisation : Deutschland
    Date d'inscription : 29/11/2008

    Quelques indices pour reconnaitre un secte

    Message  mirador le 25.01.09 23:13

    1. Définition


    Les critères de jugement ne sont pas au niveau idéologique
    des croyances mais au niveau des agissements et des comportements qui portent
    atteinte aux droits de l'homme, à la dignité et à
    la liberté de la personne humaine.

    Une secte est un groupe dans lequel on pratique :

    une manipulation mentale qui entraîne : endoctrinement, contrôle
    de la pensée, viol psychique.

    une destruction de la personne : sur un plan :


    • physique : alimentation carencée, manque de sommeil, travail intensif;

    • psychique : altération de la personnalité, du comportement
      et de l'esprit critique;

    • intellectuel : rétrécissement des champs de connaissances
      extérieures à la secte;

    • relationnel : régression des capacités de communication;

    • sociale : animosité totale envers le système global de la
      société;

    une destruction de la famille : critiques, attaques, injures, calomnies.
    Éloignement, rupture de la relation parents/enfants. Séparations,
    divorces.

    Voire : une destruction de la société : soit en empêchant
    les adeptes de participer à la vie sociale et culturelle de leur
    pays. Soit en demandant à des adeptes d'infiltrer tous les réseaux
    de la vie économique, politique.

    Avec à la base : une escroquerie intellectuelle, morale et financière.

    2. Comment les sectes conditionnent-elles ?


    Un gourou : un leader incontesté, incontestable, craint, aimé.

    Une doctrine : message unique et ultime de salut.

    Un groupe : chaleureux, hiérarchisé.

    Vont accomplir un conditionnement du futur adepte en quatre étapes
    :

    Première étape : séduire et survaloriser






    • En proposant des réponses simples et même simplistes aux questions
      complexes de l'existence (la vie, la mort, la maladie...) à l'intérieur
      d'un groupe a priori chaleureux.

    • En utilisant tous les grands thèmes mobilisateurs de notre époque
      : écologie, OVNI., méditation, relaxation...

    • En valorisant le futur adepte : "Tu es beau, intelligent, nous avons besoin
      de toi pour une grande mission".

    • En lui garantissant le bonheur, la liberté, la connaissance.



    Deuxième étape : anesthésier l'esprit critique et
    la personnalité






    • En créant un état de fatigue : longues journées de
      travail, conférences, démarchage à domicile ou sur
      la voie publique, longs temps de méditation, de prière, de
      formation à la doctrine du groupe.

    • En modifiant les habitudes alimentaires : régime, jeûne,...

    • En créant des conditions de vie qui empêchent le futur adepte
      de prendre le recul nécessaire et qui l'autoriserait à réfléchir
      à ce qu'il fait ou vit.

    • En réduisant l'intimité jusqu'à la rendre dérisoire
      : impossibilité d'être seul un instant, obligation de se raconter,
      confession obligatoire et dirigée...

    • En modifiant le vocabulaire : le futur adepte doit s'approprier un langage
      qui "sonne" bien, qui fait sérieux, scientifique ou religieux, mais
      qui n'a de sens qu'à l'intérieur du groupe. Cette technique,
      sournoise, le prive de toute communication avec le monde, et en fait, paupérise
      sa pensée (résultat très exactement opposé
      à ce qui était proposé au cours de la première
      étape).



    Troisième étape : renforcer l'adhésion au groupe et
    favoriser les ruptures






    • Abandon des études

    • Départ à l'étranger (pour une formation généralement)

    • Rupture avec la famille, les amis, la société. Toutes les
      informations qui proviennent de l'extérieur sont déclarées
      suspectes ou manipulées. Toutes les personnes qui critiquent la
      secte sont décrient comme négatives, dangereuses, opposantes
      aux progrès de l'humanité. Il est fortement conseillé
      de ne pas ou de ne plus les fréquenter, de les calomnier et éventuellement
      de les poursuivre en justice. La famille est parfois déclarée
      responsable de toutes les difficultés que connaît ou qu'a
      connues l'adepte.

    • La société y est représentée uniquement comme
      un lieu de perdition, la médecine comme inutile, la psychiatrie
      comme dangereuse, les religions comme complètement dépassées,
      la politique comme désuète. Seul le groupe conduit par SON
      MAÎTRE qui s'auto-proclame sauveur de l'humanité, peut conduire
      les hommes sur le chemin du bonheur.

    • Les adeptes ont alors la certitude d'avoir une mission rédemptrice
      à accomplir mais, leur dit-on, "la société a des résistances,
      des habitudes, des intérêts, on ne vous croira pas, on vous
      persécutera. C'est ici la preuve que vous êtes dans la vérité.
      N'en fut-il pas de même pour la plupart des disciples de la paix
      ?" Raisonnement habile. Plus on s'oppose à un adepte et plus on
      renforce son adhésion au groupe.



    Quatrième étape : rendre le retour impossible






    • L'absence de revenus, de couverture sociale, de réelle expérience
      professionnelle, rendent le départ délicat.

    • Les déplacements géographiques fréquents ne permettent
      pas de tisser des liens avec les personnes extérieures au groupe
      et qui pourraient aider à un retour.

    • Les anciens amis n'existent plus.

    • Les liens familiaux ont été coupés ou sont conflictuels.

    • On s'est marié à l'intérieur du groupe, on a des enfants...
      Impossible de partir seul, il faut être deux à le vouloir
      en même temps.

    • On a peur. La discipline est rigoureuse, les punitions sont sévères,
      la délation est permanente, on craint le monde extérieur,
      on a des dettes, on redoute des représailles.

    • On reste, on se laisse faire.

    • Le bonheur, la liberté, l'épanouissement ou la connaissance
      sont promis à chacune des étapes, si bien que l'adepte accepte
      de souffrir encore plus que ce qu'il pouvait souffrir à l'extérieur
      (au moment de son engagement) parce qu'à chaque fois, il se dit
      qu'il serait trop bête de s'arrêter si près du but,
      que toute sa souffrance (et parfois son argent) n'aurait servi à
      rien. Plus l'adepte a souffert, plus il est près à souffrir
      davantage.

    Les quatre étapes que nous venons de décrire : séduire
    et survaloriser, anesthésier l'esprit critique et la personnalité,
    renforcer l'adhésion au groupe et favoriser les ruptures affectives,
    sociales, et culturelles, rendent le retour impossible, tendent à
    créer progressivement un état de fusion et de confusion mentale
    qui se traduit par une grande infantilisation. Les adeptes sont alors aux
    ordres de leur maître et sont susceptibles de se transformer en de
    redoutables fanatiques. La plupart des gourous ne sont-ils pas paranoïaques
    ?

    3. Les créneaux des sectes


    L'ésotérisme, l'occultisme, la spiritualité et la
    religion, l'idéal révolutionnaire, les réseaux de
    distribution et la santé sont autant de terrains favorables à
    la constitution de réseaux sur lesquels peuvent se déployer
    et prospérer les sectes.

    Secte et médecine



    Les problèmes de santé offrent un excellent créneau
    aux sectes à l'heure où l'attraction des nouvelles médecines,
    douces ou parallèles, situe différemment la médecine
    traditionnelle : sophrologie, acupuncture, homéopathie, naturopathie...

    La qualité de ces outils médicaux n'est pas à
    remettre en cause. Toutefois, la méconnaissance de ces outils ne
    permet pas au grand public de faire la différence entre le charlatanisme
    des sectes et le professionnalisme médical.

    Des sectes prétendent ainsi croire, au travers d'un discours
    pseudo-médical, que toute maladie est guérissable, par une
    approche énergétique, ou par la prière et l'harmonisation,
    par l'énergie universelle, la galvanoplastie spirituelle!... ou
    encore la dianétique...

    Certaines visent une population particulière comme les
    drogués ou bien ont une attitude dangereuse au regards d'actes médicaux,
    comme le refus de la transfusion sanguine.

    Psychothérapie et secte



    Il y a un très grand risque de confusion pour le profane entre les
    domaines de la psychologie et la manipulation mentale; celle-ci se situe
    à deux niveaux : d'une part dans le marketing de la secte, d'autre
    part, dans l'usage qui en est fait par la secte.

    Marketing : Plus que jamais, en effet, l'homme du XXème
    siècle aspire à se retrouver lui-même dans la pleine
    harmonie de son corps, de son affectivité, de son intelligence,
    développer son plein potentiel humain, goûter le bonheur de
    vivre et d'exister "en soi-même", avec les autres et en communion
    avec la nature et le cosmos.

    Des gourous, déguisés en thérapeutes, psychanalystes,
    psychologues, professeurs de Zen ou de Yoga, médiums et voyants,
    vont attirer leurs adeptes en prétendant leur apporter la vraie
    réponse à leur attente. Dès lors, chacun crée
    son école, son institut, son centre de psychanalyse ou son monastère.

    Usage : Les sectes utilisent des techniques "psy", quelque fois
    de manière remarquable.

    Mais le danger réside dans l'objectif de la secte; celle-ci,
    en effet, a une stratégie d'enfermement du "patient". Le psychothérapeute
    a, au contraire, une stratégie d'autonomisation du patient.

    Le gourou recherche une mise en dépendance de la personne
    pour la transformer en aliénation. Le psy, a contrario, donnera
    à son patient, au travers d'une dépendance momentanée,
    les moyens de rechercher et d'utiliser ses propres ressources.

    Quelques-unes de ces techniques sont simples et bien connues :


    • "Love bombing", ou bombardement d'amour : il s'agit de mettre la personne
      dans une ambiance chaleureuse, amicale, non-agressive.

    • L'effet de groupe : il faut une grande force de caractère pour se
      démarquer d'un groupe, d'autant plus si l'on est en recherche d'un
      milieu social dans lequel on veut être reconnu. C'est le désir
      d'appartenance.

    D'autres sont plus complexes et demandent un savoir-faire et des connaissances
    techniques approfondies : hypnose, analyse transactionnelle, rêve
    éveillé, rebirthing...

    Attention! S'il faut être attentif à la finalité
    des techniques utilisées, il ne faut pas rejeter pour autant les
    techniques psy; elles constituent en effet, des outils indispensables au
    soulagement et au traitement des troubles, ainsi qu'au développement
    personnel.



    morales

    Nombre de messages : 100
    Localisation : Deutschland
    Date d'inscription : 15/11/2008

    Re: Quelques indices pour reconnaitre un secte

    Message  morales le 27.01.09 15:31

    Salut
    Après la lecture des définitions que vous avez posté ici il faut reconnaitre qu´il y a toujours une mince frontière entre la religion et une secte.
    Je veux simplement dire que une religion vu les définition ci haut peut facilement basculer en secte.

    Je vous souhaite tous un bon après midi.

      La date/heure actuelle est 24.10.17 7:12